Centre Culturel Una Volta

MENU

Alexandre Clérisse
Feuilles volantes

30 mars 2023 25 avril 2023

EXPOSITION COLLECTIVE
10H—13H/ 15H—18H 
GALERIE NOIR & BLANC
Entrée gratuite


BD à BASTIA

 


Trois personnages à trois époques différentes, avec un point commun : ils racontent des histoires avec des images. Un moine copiste du Moyen Âge invente un récit imagé et un procédé d’impression, un jeune garçon au 20esiècle découvre le pouvoir inouï de la bande dessinée, et sa fille au 21esiècle vit de la création virtuelle. Chacun éprouve les nécessités vitales de la création et doit affronter des dangers et désillusions propres à leurs époques…


Né le 30 octobre 1980 à Aurillac, Alexandre Clérisse passe son enfance à Saint-Cère, dans le Lot.
Encouragé par Michel Lablanquie (créateur des éditions Rackam), il crée, à cette époque, le collectif de musique et de BD La Pie lotoise, grâce auquel il expérimente ses premiers fanzines et l’autoédition.
En 2000, il entame une première année d’histoire de l’art à l’université du Mirail, à Toulouse mais décide finalement de rentrer à Aurillac pour suivre un BTS de communication visuelle (graphisme, édition…). Il obtient son diplôme en 2002. Il s’intéresse alors à l’infographie et à l’illustration jeunesse. S’ensuit une période de travaux variés – affiches, maquettes et illustrations –, pour plusieurs organismes citoyens, associations culturelles, festivals, conseils généraux et agences de communication. Mais, en 2003, il se tourne à nouveau vers la bande dessinée et intègre l’École Européenne Supérieure de l’Image, à Angoulême. Il y rencontre Tony Neveux et François Henninger, avec lesquels il conçoit la revue collective Le Mouchoir (BD pliable). L’année suivante, il réalise, avec Tony Neveux et Violaine Cousty, la maquette et la communication de l’exposition ‘Au fil du Nil’, du nom de la revue annuelle de l’ÉESI. C’est avec la mention félicitations du jury qu’il décroche son DNAP de bande dessinée en 2005.

Toujours avec l’équipe du ‘Fil du Nil’, il réalise le plan du 33e Festival international de la BD d’Angoulême, en 2006. On commence à découvrir quelques-unes de ses réalisations dans la presse locale et nationale, et dans certains magazines, comme ‘Choco Creed’ ou ‘Toboggan’ …

À la même période, il rencontre David Prudhomme, un de ses auteurs préférés, qui lui propose de mettre en couleur La Farce de maître Pathelin (Éditions de l’an 2, 2006).
En 2007, il publie Jazz Club (Dargaud) en solo et entame de fructueuses collaborations.
En 2009, il signe seul Trompe la mort (Dargaud) et entre dans un nouvel atelier, Le Gratin, toujours à Angoulême.
En 2013 paraît Souvenirs de l’empire de l’Atome (Dargaud), ouvrage de longue haleine, sur un scénario de Thierry Smolderen. La collaboration entre les deux hommes ne s’arrête pas là puisqu’en 2015 sort L’Été diabolik.
Et, en 2019, ils se retrouvent une troisième fois autour, cette fois, des années 1980 avec Une année sans Cthulhu (Dargaud).
Dans un même temps, Alfred, Quentin & Pedro sont sur un plateau (Dargaud, 2019), un jeu « cherche et trouve » autour de l’univers des plus grands réalisateurs : Hitchcock, Almodovar, Tarantino, etc… est réédité pour le plus grand bonheur des cinéphiles.

En 2022 il se consacre seul à une aventure humaine et historique célébrant la bande dessinée, Feuilles Volantes (Dargaud).