Centre Culturel Una Volta

MENU

Lara Blanchard
Ad Lucem — Les Âmes animales

12 janv. 2023 10 févr. 2023

10H-20H
GALERIE UNA VOLTA
ENTRÉE GRATUITE



INAUGURATION
JEUDI 12 JANV. À 18H


 

C’est par la photographie que Lara Blanchard a débuté son parcours de création.
Dès 1990, alors qu’elle suit des études d’Arts Plastiques à Strasbourg, elle se forme à la technique argentique en expérimentant et manipulant, telle une imagière alchimiste, les produits et les papiers, préférant déjà des textures épaisses et fibreuses, elle réalise alors des images à toucher. Un départ pour l’Irlande et quelques années passées à l’étranger au contact de créateurs et d’artisans lui ont permis de trouver la ligne directrice de sa démarche.
Elle revient finalement vivre en France où son projet artistique prend forme. Il la mène naturellement à l’assemblage et à l’installation de créations mêlant son travail photographique, textile mais également ses gravures et dessins inspirés de la botanique, de la zoologie et de l’anatomie qui, depuis l’enfance, ont formé son vocabulaire graphique.

Au gré de ses balades et depuis toujours, Lara Blanchard amasse objets, mues d’insectes, papillons, ossements et autres trésors… qu’elle observe et dessine. De ces traces graphiques vont naître les objets textiles et gravures qui recomposeront ainsi sa mémoire comme on réinvente ses souvenirs lorsqu’on les raconte. De fil en aiguille, littéralement, l’objet prend forme, mêlé, suturé, assemblé, il entame sa mue et raconte sa nouvelle histoire. Ces paysages oniriques et créatures hybrides forment la série des Âmes animales. Les objets et estampes de l’artiste puisent dans ce qu’elle nomme « le magique universel ». Chacun peut y trouver résonance à son propre voyage. Par son travail d’estampes brodées Les Âmes animales, elle célèbre le « Vivant » et tout ce qui le compose.

En 2017, Lara Blanchard entame un travail de volume et la création d’une série de masques/parures mêlant céramique, feutrage, assemblage… Ils sont la représentation en volume de ce qui émerge dans les estampes brodées des « Âmes animales ». Ce projet intitulé Ad Lucem se poursuit et chemine. Ces personnages masqués, figés mais qui semblent avancer vers le public, lui ont été inspirés instinctivement, comme imposés sans peine. Sortes de thérianthropes (êtres mi-homme mi-animal) primitifs et contemporains à la fois, intemporels, ils existent au-delà du discours et ont révélé la spiritualité de leur créatrice. Au-delà des cultures, ils parlent à chacun et se voient associés à la fois à un temps très lointain et à une urgence écologique très actuelle.