Qui sommes nous ?

Centre Culturel Una Volta

DE LA MAISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE DE BASTIA AU CENTRE CULTUREL UNA VOLTA… UNE AVENTURE CULTURELLE UNIQUE.

DE LA MAISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE DE BASTIA AU CENTRE CULTUREL UNA VOLTA… UNE AVENTURE CULTURELLE UNIQUE.

Le 1er mars 1977, aux arcades de l’Opéra, rue César Campinchi à Bastia, s’installait une association dénommée Maison des Jeunes et de la Culture.

Avec 40 000 Francs de budget alloué par la seule Ville de Bastia et deux salariés dans un lieu désaffecté depuis les années cinquante, allait commencer une aventure associative et culturelle unique. Cette aventure allait avant tout s’enraciner dans le formidable élan culturel de la fin des années soixante-dix et la Maison des Jeunes et de la Culture de Bastia allait très vite devenir d’une part, le lieu de rencontre des créateurs œuvrant en région, et d’autre part un espace où ils pourront mettre en œuvre leurs créations et souvent les montrer au public pour la première fois. On peut ainsi citer A Compagnia di l’olmu, I Chjami Aghjalesi, Zia Devota, Fola Fuletta pour le spectacle vivant… Jean Paul Pancrazi, Ange Leccia, Dominique Degli Esposti pour les arts plastiques, Marcelle Conrad et les premières expositions du Parc Naturel Régional de Corse pour l’environnement et bien d’autres qui dès 1977  trouvent ainsi un premier lieu d’expression en Corse. Parallèlement à ces actions de diffusion et de promotion de la culture corse, la Maison des Jeunes et de la Culture commence à mettre en place des ateliers de pratiques artistiques. Là aussi, la culture corse y a largement sa place avec des ateliers de chant, de langue corse et de musiques et danses traditionnelles. En 1978, ces ateliers sont au nombre de quatre ; ils seront trente en 1998 où multipliés et professionnalisés ils mobilisent un public nombreux et fidèle.

Par ailleurs, issue d’une volonté associative essentiellement basée sur le bénévolat, la Maison des Jeunes et de la Culture va dès 1981 s’intéresser à la professionnalisation de ses équipes et de façon plus générale à celle du secteur de l’animation socioculturelle.

Ainsi, cette année là, elle met en place la première formation au Diplôme d’État aux Fonctions d’Animation, faisant agréer celle-ci par la Délégation Régionale à la Formation Professionnelle, ce qui est là une première au plan national.

Et pendant deux années, quinze jeunes adultes vont régulièrement suivre ce cursus innovant qui allie la gestion, la pédagogie et les techniques d’animation et qui permet d’imaginer des projets culturels enracinés dans la réalité et l’histoire de la culture corse.

En 1983, cette période de professionnalisation achevée, la Maison des Jeunes et de la Culture a pour souci de toucher tous les publics. Un travail de diffusion théâtrale se met en œuvre et voit la venue dans l’île de compagnies professionnelles qui vont donner des spectacles, encadrer des stages, animer des rencontres. Ce moment de diffusion se poursuivra le temps de deux saisons et devra prendre fin à cause du manque de moyens financiers appropriés malgré la constitution naissante d’un public. Il sera relayé par de nombreuses soirées de café-théâtre qui verront s’exprimer là encore tous les créateurs de l’île : théâtre, chants polyphoniques, jazz, musique traditionnelle. Et le public continuera malgré tout d’augmenter et de s’élargir. Une autre des missions que se fixe la Maison des Jeunes et de la Culture dans ces années là, c’est le travail avec le monde de l’école ; son souci, on l’a souligné, étant de toucher tous les publics et essentiellement ceux qui par leur situation sociale et/ou familiale n’ont pas accès à la culture.

Ainsi, de 1977 aux années 90 la Maison des Jeunes et de la Culture a exploré de multiples domaines culturels ce de façon pionnière la plupart du temps…

… En imaginant des ateliers d’expression artistique enracinés dans la réalité culturelle de l’île,

… En créant un lieu où pourra s’exprimer la culture corse,

… En ouvrant la première galerie consacrée à l’art contemporain en 1983,

… En mettant en œuvre une politique de programmation théâtrale professionnelle ouverte aux adultes mais aussi aux jeunes enfants,

… En organisant des formations qualifiantes comme le Defa en 1981 et le Beatep Arts Plastiques en 1991.

… En initiant un travail de longue haleine avec l’école permettant la rencontre du monde de l’apprentissage avec celui de la création,

… En ayant en permanence à cœur le souci du public, de son élargissement et de sa formation.

En 1994 la Maison des Jeunes et de la Culture a atteint son palier maximal de fonctionnement et envisage une mutation devant lui permettre de porter plus loin encore de nouveaux projets.

Avec la mise en place du statut particulier, un schéma d’aménagement culturel de l’île est à l’élaboration. Il s’agit aussi pour la Maison des Jeunes et de la Culture d’y tenir sa place et de continuer à faire des propositions artistiques basées sur l’échange et l’exigence, elle met alors en œuvre la refonte de ses statuts et propose avec son conseil d’administration à la Région Corse et à la Drac de Corse une réflexion sur son avenir.

De celle-ci naîtra la première convention de développement culturel imaginée dans l’île ; elle sera signée le 10 septembre 1996 par le Ministère de la Culture, la Collectivité Territoriale de Corse, la Ville de Bastia et l’association Una Volta (nouvelle appellation de ce qui fut la Maison des Jeunes et de la Culture et qui devient un Centre d’Action et de Développement Culturel).

Cette convention sera le cadre d’actions qui peuvent se définir ainsi :

  • avec toujours une grande exigence artistique, organiser la diffusion et la création de formes contemporaines ainsi que les échanges entre disciplines, entre créateurs, entre différents publics ;
  • mener une action de développement culturel favorisant de nouveaux comportements à l’égard de la création artistique et une meilleure insertion sociale de celle-ci ;
  • donner accès à tous à des pratiques éducatives et culturelles de grande qualité ;
  • s’affirmer comme un lieu de production d’événements culturels de référence nationale.

Cette convention de développement culturel va permettre une politique de diffusion théâtrale qui verra pour la première fois la venue dans l’île de la majeure partie des Centres Dramatiques Nationaux pour la Jeunesse d’une part, et des meilleures compagnies européennes d’autre part. Elle va aussi permettre de conforter le travail avec l’école et aujourd’hui ce sont de nombreuses classes qui sont jumelées avec l’action artistique du Centre Culturel Una Volta.

Cette convention tri-annuelle donnera aussi une possibilité de développer des projets ambitieux et permettra, entre autre, aux Rencontres de la bande dessinée BD À BASTIA de se positionner, en six ans, comme un rendez-vous d’importance pour toute la profession, comme un grand moment d’action culturelle pour la région Corse.

Ainsi, de la Maison des Jeunes et de la Culture au Centre Culturel Una Volta, de 40 000 Francs de budget annuel à 4 millions de Francs, de 200 m2 de locaux à plus de 1000 m2, de deux salariés à dix, d’une poignée d’adhérents à plus de seize mille personnes aujourd’hui le Centre Culturel Una Volta est un lieu où démocratie associative et projets culturels ont su cohabiter pour une aventure unique.

DIRECTRICE :
Juana MACARI
centreculturel@una-volta.org

GESTIONNAIRE :
Valérie DURAND
vdurand@una-volta.org

ACCUEIL / ATELIERS :
Anne-Christine RAMELLI
ac.ramelli@una-volta.org

EXPOSITIONS ET ACTIONS EN MILIEU SCOLAIRE :
Michèle VINCENTELLI
mvincentelli@una-volta.org

ENTRETIEN :
Aïcha BENJENNAT

SECRÉTARIAT :
Santa ORTALI

CHARGÉE DES EXPOSITIONS / P.A.O. :
Angélique PASQUALINI

TECHNIQUE :
Jean-Dominique CASANOVA

ENTRETIEN :
Véronique COSTA

MEMBRES DE DROIT

Monsieur Pierre Savelli, Maire de la Ville de Bastia
Madame Mattea Lacave, adjointe chargée de la culture et de la langue corse de la Ville de Bastia
Monsieur Philippe Peretti, adjoint délégué au patrimoine de la Ville de Bastia
Madame Viviane Beveraggi, Conseillère Municipale de la Ville de Bastia
Monsieur Jean-Jacques Vendasi, Conseiller Général Haute-Corse
Monsieur Jean Baptiste Raffalli, Conseiller Général Haute-Corse
Deux membres de la Collectivité Territoriale de Corse, (non nommés)
Monsieur le Directeur, Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports
Monsieur le Directeur, Direction Régionale des Affaires Culturelles.

MEMBRES ASSOCIÉS

Monsieur Michel Bonavita
Monsieur Jean-Pierre Cristofari
Monsieur Ange Rovere

MEMBRES ÉLUS

Monsieur Philippe Descamps
Madame Lydia Giamarchi
Madame Isabelle Guyot
Monsieur Thierry Le Gall
Monsieur Luc Luciani
Madame Maguy Rossignol
Madame Hélène Schabaver
Madame Héloïse Spinosi
Madame Joëlle Titrant Suzzoni
Monsieur Jean Marcel Vuillamier

Nos Partenaires