EMPREINTES

Camille Pozzo di Borgo/Ewa Budka/Mathilde Vieille Grisard

DU 11 JANVIER AU 16 FÉVRIER 2018 – VERNISSAGE LE 11 JANVIER À 18H00

Una Volta s’associe à HATSH, start-up culturelle dédiée à l’émergence de jeunes artistes plasticiens, pour présenter l’univers de trois artistes.
https://www.hatsh.com/

Empreintes ou la rencontre des œuvres de trois jeunes talents qui se jouent du temps. Elles questionnent l’immuable histoire de l’être humain qui cherche à laisser une trace de son passage sur la planète. Leur travail est le résultat de l’équilibre fugace entre la présence hésitante et l’absence pesante, du passé et du présent qui se mêlent, de l’héritage qui devient force ou cicatrice.

Camille Pozzo di Borgo est née en 1992 à Ajaccio et elle étudie en dernière année à l’École des Beaux-Arts de Paris. Passionnée par la nature, le travail de Camille s’articule autour de l’anatomie, principalement animale.
Pour elle, l’empreinte est avant tout le témoignaged’une évolution animale et humaine, un héritage universel que chacun est en droit de s’approprier.
« J’ai pris pour habitude de confronter l’intérieur et l’extérieur du corps en superposant les différentes couches organiques d’un être vivant afin de rendre le sujet translucide. L’utilisation de couleurs étrangères au milieu sauvage me permet de créer une hybridation chez l’animal et une « dé-personnification » de l’homme. »

Ewa Budka est une jeune artiste polonaise diplômée avec les honneurs de l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie en 2013.
The skin I have been living in est un projet sur lequel elle a travaillé en utilisant le procédé du Mokulito (technique japonaise de lithographie sur bois) comme une métaphore du corps humain. Le travail d’Ewa Budka a été présenté dans de nombreuses expositions à Paris, New-York, Milwaukee, San-Francisco ou encore Tokyo.
Pour cette artiste, fascinée par la pluralité des possibilités offertes par la multitude des supports existants, l’empreinte est une cicatrice, le résultat d’actions passées qui ont changé le cours des choses et qui laissent aujourd’hui une trace indélébile.

Mathilde Vieille Grisard est une jeune photographe étudiante à l’école Nationale Supérieure de Photographie d’Arles.
« Mon travail s’apparente au reportage social. Fragments de vie, de mémoire, de ressentis vécus… en perpétuel questionnement. Je perçois mon travail comme une immense constellation où gravitent photographies, archives, écrits et dessins. Mes séries sont fragmentées, à l’image d’une recherche toujours inachevée. »
Elle aborde l’empreinte avec beaucoup de sensibilité. Pour cette artiste inspirée par la nature humaine et le fait social, l’empreinte devient un souvenir, un morceau de vie, un héritage pour les générations actuelles.